Cette minorité silencieuse qui manifeste

Quand il y a une manifestation, en France, c’est toujours la même chose : la police donne un chiffre, les manifestants en donnent un autre deux à trois fois plus élevé, la réalité étant souvent plus proche du premier, et le Figaro parle d’échec et critique la « minorité » des manifestants « antidémocratiques » face à la « majorité silencieuse ». Quand c’est une manif de droite, par contre, les choses sont bien différentes.

Peu habitué à aller prendre un bain de foule dans Paris, le « peuple de droite » se sent comme transformé, conforté dans sa certitude qu’il est la majorité, que les Français sont d’accord avec lui. Quand sa nouvelle égérie Frigide Barjot lui annonce qu’ils étaient plus d’un million comme lui, il éructe, il se sent le roi du monde. Alors, quand la préfecture communique des chiffres nettement moins élevé, c’est qu’il s’agit forcément d’un complot, confirmé par des sources que personne n’est capable de citer. Vu de droite, la police, ce repaire de vils gauchistes, compte trop pour les manifs de gauche, mais pas assez pour les manifs de droite. Et le voilà qui trouve mille et un modes de calcul tous plus ridicules les uns que les autres pour que le résultat corresponde à ce qu’il croit être La Vérité. L’UMP nous a d’ailleurs rappelé avec son élection interne à quel point elle était douée en maths…

La fine fleur du patronat français. Ne soyons donc pas étonné qu’il ait coulé tant de boîtes.

Le Figaro, dont le proprio n’a pas hésité à annoncer la fin de la civilisation d’ici 10 ans en cas de vote de la loi, rivalise de mauvaise foi. Alors qu’il parle d’échec lorsque les manifestations contre la réforme des retraites réunissaient 395000 personnes, il n’hésite pas à parler de « mobilisation historique » pour les 340000 de sa manif de droite, en titrant « Raz-de-marée ». Et contrairement à ce qu’ils affirment, on est loin de la plus grosse manif jamais vue en France. Ce même journal osait d’ailleurs comparer les manifestations de décembre en citant d’un côté les chiffres de la police, de l’autre ceux des manifestants. A un million d’euros la manif, avec une couverture médiatique monstre, des trains et des bus affrétés exprès, un live sur BFM TV avec images fournies par les organisateurs, à environ 3 euros le manifestant, il en aura fallu des ressources pour mobiliser autant, surtout quand on sait qu’un quart des manifestants sont des gamins. « Pensez aux enfants », qu’ils disaient, ça fera du chiffre.

717125740

Pensez quand même à bien tenir en laisse votre porte-pancarte.

Une manif « contre l’homophobie » dans laquelle on n’a vu aucun slogan contre l’homophobie, bien au contraire. Imposés par les organisateurs, les quelques slogans officiels sont là pour empêcher les manifestants de se lâcher. Ceux-ci ont également interdiction de parler aux journaliste. Une « police de la pensée » dont on comprend vite la raison dès qu’on gratte un peu ceux qui outrepassent ce règlement. Raison pour laquelle Civitas, regrettant de ne pouvoir se lâcher à fond sur l’homophobie en demandant la repénalisation de l’homosexualité, a organisé son propre cortège. Si officiellement Frigide Barjot condamne leurs dérapages homophobes, ce n’est pas elle qui les a écarté de sa manif. Au contraire, elle s’est même retrouvée avec eux pour la préparer. Un cortège tellement éloigné, qu’il a même été décompté dans les 340000, un mélange qui n’a visiblement pas dérangé les organisateurs, pas plus que la présence du Front National, des Identitaires, ou d’un invité négationniste du plus mauvais goût, exemple parmi tant d’autres. C’est aussi la première fois qu’on a pu voir les Identitaires et le FN défiler avec des musulmans, et pas les plus modérés. Magie de la haine. A côté de ça, tous avaient des amis homosexuels, comme pour se dédouaner de toute homophobie, ainsi que quelques associations fantoches prétendument « homosexuelles ».

On trouve d’ailleurs des militants et élus UMP ravis à l’idée de défiler avec Civitas.

Mais alors, qui étaient donc ces 340000 manifestants ? Est-ce vraiment la majorité silencieuse, comme nous le raconte le Figaro ? Malgré un déferlement contre le mariage pour tous, l’opinion française continue d’y être favorable. Les manifestants de Barjot, eux, rejoignent François Hollande et Nicolas Sarkozy dans la course à l’impopularité. L’UMP, de son côté, tente de profiter du mouvement pour se refaire une santé, en s’érigeant comme étant la « voix du peuple » face au méchant dictateur Hollande. Qu’ils ne rêvent pas trop : si Hollande reste très impopulaire, ça n’est pas pour autant que l’opposition est plus appréciée. En choisissant (difficilement) comme président le candidat le plus impopulaire des deux auprès des Français, l’UMP montre à quel point elle peut être coupée du monde réel, et absolument pas représentative « des Français », contrairement à ce qu’elle affirme à tout bout de champ. En demandant un référendum, elle qui s’est torchée avec le résultat de 2005, où est sa crédibilité ? N’est-ce pas Sarkozy qui disait « c’est pas la rue qui gouverne » ? Les voilà s’érigeant en grand démocrates, une fois passés dans l’opposition. Et pour un parti qui demande le « respect » des opposants, il faut voir comment ils traitent ceux qui oseraient penser différemment au sein de leur propre parti.

Voir les opposants, les nostalgiques de Sarkozy, les militants UMP ou UNI se croire en résistance, se prenant pour des Jean Moulin 2.0 planqués derrière Twitter, hurler à la dictature parce que Hollande ne veut pas de référendum, enfin, surtout, ne veut pas LEUR référendum, qu’ils perdraient d’ailleurs sans comprendre ce qui leur arrive, eux qui continuent à se croire maltraités et ignorés par les médias, quand ces derniers ont montré de la Frigide continuellement pendant des semaines, eux qui parlent d’un « printemps français » en hurlant à la « dictature socialiste », qui représentent-il sinon une petite minorité d’agités paumés dans leurs délires ? « La France qui rejette mai 68 » comme le dit Boutin ? Plus de 42 ans après, en sont-ils vraiment restés là ? En quoi cette caricature de manif de droite se permet-elle de prétendre parler au nom de tous les Français ?

La manifestation de soutient au mariage pour tous de demain réunira sans doute moins de monde que celle de Frigide. Il est toujours plus difficile de rassembler des manifestants pour un projet de loi qui a de fortes chances de passer, plutôt que contre. Et surtout, l’organisation est bien différente, avec plusieurs manifestations en région, et des moyens nettement moindres que le million de l’église catholique pour affréter des trains. Les opposants oublieront du même coup qu’ils croyaient dur comme fer à un complot gouvernemental pour truquer les chiffres, pour se lancer dans des comparaisons foireuses et autres calculs du nombre de manifestants toutes plus ridicules les unes que les autres. Mais peu importe, ces guignols ne semblent pas parvenir à influencer l’opinion comme ils le voudraient.

Publicités
Post a comment or leave a trackback: Trackback URL.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :